Pic Saint-Loup, la jeune AOC qui monte, qui monte!

Une appellation récente… mais un terroir reconnu depuis des siècles

Savez-vous que Pic Saint-Loup est seulement devenue une Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) en 2017 ? En réalité, et vous vous en doutez, l’histoire viticole du Pic Saint-Loup, existait bien avant cette reconnaissance officielle. Pour tout comprendre, il faut donc activer la machine à remonter le temps… jusqu’au temps des Romains ! Ces derniers imposaient aux colons de cultiver la vigne uniquement sur les terres peu fertiles des coteaux calcaires comme ceux du Languedoc. Pour le Pic Saint-Loup, la fin de l’Empire Romain a donc été synonyme de déclin. Il faudra attendre le Moyen-Âge pour que la montagne préférée des Montpelliérains retrouve des couleurs. Avec l’essor des monastères, le vignoble retrouve de la vigueur. Dès la fin du XIXème siècle, les vins de Pic Saint-Loup sortiront même des frontières de leur zone de production pour se retrouver sur les tables des restaurants parisiens ! En 1955, Pic Saint-Loup accède au rang des VDQS (vin délimité de qualité supérieure) mais entend bien aller plus loin ! La singularité de Pic Saint-Loup, la solidarité et la synergie des producteurs les conduisent à se lancer en 2001 dans une belle et longue aventure : la reconnaissance de leur terroir… et la fameuse AOC. CQFD !

Un microclimat qui fait toute la différence

Derrière l’AOC Pic Saint-Loup, 17 communes du Languedoc, des premiers contreforts cévenoles au nord de Montpellier. Mais savez-vous pourquoi tous les amateurs de vins n’ont d’yeux que pour ce Pic ? Comme souvent, la réponse réside dans le terroir ! Ici, ce n’est pas un mais deux climats qui font la pluie et le beau temps. Continental et méditerranéen se mêlent pour donner des étés chauds et secs, des printemps frais et des saisons hivernales et automnales froides et pluvieuses. Grâce aux Cévennes, le Pic Saint-Loup enregistre des précipitations importantes et en fait le terroir le plus arrosé du Languedoc. Les sols continuent de faire le travail. Ils sont d’une grande diversité mais tous ont deux grandes qualités : ils sont filtrants et assez profonds. Ils retiennent ainsi l’eau et assurent un apport régulier à la vigne, quelle que soit la saison. Moralité, l’appellation Pic Saint-Loup bénéficie d’une biodiversité environnante riche, qui fait du bien à la vigne. Ouvrez grand vos narines et plongez au cœur des senteurs des essences méditerranéennes : oliviers, chênes verts, thym, laurier, romarin. Vous les entendez les cigales là ?

 Et qu’est-ce qu’on déguste à Pic Saint-Loup ?

A Pic Saint-Loup, on fait du rouge et du rosé, c’est tout. C’est déjà pas mal et surtout c’est bon ! Si le grenache est à l’origine des vins, c’est aujourd’hui la syrah qui règne en maître. D’ailleurs, un assemblage d’au moins deux cépages principaux est obligatoire avec un minimum de 50 % de syrah (30 % pour les rosés). Les cépages principaux sont syrah, grenache et mourvèdre. Ils sont parfois complétés par le carignan ou encore le cinsault. Alors, par où commencer la découverte de cette appellation ? Linkydrink vous propose une sélection aux petits oignons. Commençons par un Château Lascaux Garrigue. Un condensé de cette belle appellation -  belle intensité fruitée avec des notes de fraises, d'herbes de Provence et d'épices- à moins de 10 € et en plus, il est bio ! Poursuivons par un Pic Saint-Loup classique de la Bergerie de l’Hortus. Un vin croquant, comme on les aime, pour accompagner des moments conviviaux entre amis autour de plats simples. Ne passons pas à côté d’une autre richesse de cette appellation : le rosé. Ce Pic Saint-Loup La Closerie du Château Lavabre offre des notes de pamplemousse, de zeste d’orange et de mangue. Un très beau rosé du Languedoc qui accompagnera vos repas estivaux avec beaucoup de charme et d'élégance !